Le printemps est enfin là et les chevaux peuvent dorénavant passer plus de temps au pré et profiter de l’herbe verte. L’herbe de printemps est naturellement riche et nutritive, alors pourquoi s’inquiéter ?

Ce temps passé au pré est indéniablement bénéfique pour la bonne santé mentale de votre cheval, mais il est impératif de garder en tête les implications physiologiques qu’il peut avoir :

  • Fourbure liée à l’herbe de printemps
  • Problèmes digestifs
  • Obésité et surpoids

 

Pourquoi l’herbe de printemps est-elle problématique ?

La douceur, les journées plus longues et l’humidité forment les conditions idéales pour la pousse rapide de l’herbe. Cela génère des niveaux de glucides simples, ou fructanes, au-dessus de la normale qui sont transformés en sucres et amidons lors de la digestion.

Pendant l’hiver, nos chevaux restent souvent au box une grande partie de la journée et ont un régime alimentaire basé principalement sur de l’aliment et du foin. Ils ne sont donc pas habitués à recevoir des aliments concentrés en glucides simples. Si le changement est trop rapide, la flore intestinale peut être déséquilibre entrainant des troubles digestifs voire des coliques. L’augmentation de la glycémie peut également provoquer des crises de fourbures, un syndrome métabolique et entrainer une prise de poids allant jusqu’à l’obésité.

 

Comment réduire les risques

Pour la plupart des chevaux, une transition progressive vers plus de temps passé à l’extérieur permet d’éviter les ennuis. Les sorties tôt le matin ou en fin de journée aident également à réduire les risques. En effet, la concentration de l’herbe en glucides simples est inferieur la nuit. Si votre cheval passe déjà la plupart de son temps à l’extérieur, il peut être bon de le rentrer quelques heures par jour pour éviter qu’il se goinfre d’herbe riche.

Ajouter des compléments comme Detox Gold ou Digest Support peuvent aider le foie mis à rude épreuve et soutenir le système digestif. Le foie est un organe filtrant important dont tous les autres organes dépendent. Ses fonctions sont vitales pour réguler les besoins énergétiques après la digestion, traiter et éliminer les toxines et les hormones en circulation, produire les vitamines et réguler la coagulation du sang. Le foie est également nécessaire à la métabolisation des glucides, des graisses et des protéines ainsi que la régulation de la glycémie.

 


Lecture conseillée :

- Quid du drainage

- Qu'est-ce que la fourbure ? Comment la prévenir ?


 

Pour les chevaux sujets à la fourbure, SME ou souffrant de la maladie de Cushing, il est primordial de gérer la mise au pré.

  • Les glucides simples sont très présents à la base de la plante
  • Assurez-vous que les chevaux sensibles sont sur des pâtures d’au moins 15 cm, et déplacez-les quand l’herbe est de moins de 10 cm.
  • Evitez la mise au pré lorsqu’une nuit froide est suivie par une belle journée. Lors du gel, les sucres peuvent s’accumuler dans l’herbe et augmenter les risques.

Envisager l’utilisation de complément comme Insu-Lite pour les chevaux ayant tendance à l’embonpoint peut aider à réguler la glycémie. Il en va de même pour l’utilisation d’un panier pour limiter l’accès à l’herbe tout en laissant les chevaux profiter du beau temps.

 

 

La sélection