Chloé Berthault, porte drapeau de l'équipe de France raconte...

En décembre, suite à mes résultats en concours nationaux et internationaux, j’ai été sélectionnée par la Working Equitation France pour participer aux Championnats du Monde d’équitation de travail à Munich, au mois de mai. Cette sélection précoce devait me permettre d’organiser au mieux la préparation de ces Championnats, après une année 2017 assez intensive. J’accorde toujours une grande importance au fait de faire une pause dans les concours sur la période hivernale, pour me concentrer davantage sur du travail de fond, plutôt que sur la répétition d’exercices nécessaires en compétition. Nous avons ainsi passé presque 4 mois sans concours, à travailler notamment la musculature de Tenorio en cherchant beaucoup à l’étirer, pour aller contre sa tendance naturelle à se rassembler. Il a gagné en fluidité dans ses allures grâce à un meilleur fonctionnement de son dos. Pendant cette période, notre sélectionneur a organisé deux stages de préparation avec les cavaliers potentiellement sélectionnables, à savoir une petite dizaine. J’étais effectivement la seule à être déjà sélectionnée, alors qu’il a fallu attendre l’avant-dernier concours précédant les Championnats pour connaitre les trois derniers cavaliers à composer l’équipe. Ces stages ont été l’occasion de faire le point sur les difficultés de chacun, afin d’apporter des solutions, sans détériorer les points forts, et ce sous l’œil avisé d’une ancienne cavalière de l’équipe française, médaillée en concours internationaux. De mon côté, j’ai pu trouver quelques astuces au niveau de mes aides pour obtenir davantage de précision sur les obstacles de maniabilité. Le fait de nous regrouper en dehors d’un contexte de compétition, contrairement à d’habitude, nous a aussi permis de commencer à créer un esprit d’équipe, nécessaire pour optimiser nos performances aux Championnats.

Le premier concours avait lieu au mois de février en Vendée, mais entre la distance du trajet et l’hiver rigoureux que nous avons eu à cette période, j’ai choisi d’attendre le concours suivant au mois de mars. Entre mi-mars et mi-mai, date des Championnats, 3 concours étaient répartis à 2 ou 3 semaines d’intervalle, tous dans le Sud.

Tenorio est un cheval très solide, ce qui est indispensable à la pratique de l’équitation de travail, une discipline très exigeante physiquement pour les chevaux puisqu’elle leur demande d’être très réactifs et mobiles tout en mettant beaucoup de poids sur les postérieurs. Pour lui apporter encore plus de confort, à la reprise des compétitions, Tenorio a commencé une cure de Multi-flex PLUS. C’est un complément 100% naturel qui soutient efficacement les muscles, tendons et articulations des chevaux de sport. J’ai choisi ce complément parmi ceux de la gamme PLUS car ils sont autorisés en compétition, et une annonce a été faite par les organisateurs que des contrôles anti-dopage auraient lieu sur ces Championnats, ce qui est une première pour notre discipline !

Le retour en compétition a été brillant pour nous, preuve d’une préparation hivernale efficace, puisque nous avons remporté les 3 premiers concours de la saison ! Nous avons même obtenu des moyennes de plus de 72%, ce qui a témoigné d’un niveau encore en progression par rapport à l’année précédente, avec des parcours de maniabilité plus fluides et précis.

Début avril, le sélectionneur a annoncé la composition complète de l’équipe qui représenterait la France. Une équipe complètement renouvelée par rapport aux précédents championnats puisque nous avons tous les 4 commencé les compétitions à ce niveau là depuis moins d’un an ! Une équipe variée aussi, avec un Pure Race Espagnole, deux Pur Sang Lusitanien et un Camargue. Suite à mes résultats de début de saison, j’ai été nommée Capitaine de l’équipe ! A cause de l’éloignement géographique entre nous quatre (Lyon pour moi, Bordeaux pour une, le Sud Est pour les deux derniers), nous n’avons ensuite eu qu’une seule occasion de nous entrainer en équipe, à l’issue du dernier concours, à peine un mois avant notre grand départ !

Le tri de bétail est la dernière épreuve en compétition, elle est très technique car le bétail ne pardonne rien ! Pour gagner du temps sur notre entrainement, nous avions défini en avance les rôles de chacun, en fonction de nos expériences personnelles et de nos atouts. Pour ma part, j’ai été placée au centre, place qui consiste à garder le troupeau au fond de la piste lorsque la vache sélectionnée est isolée et doit être conduite à l’autre extrémité.  Cette épreuve doit mettre en avant la cohésion d’équipe, c’est pourquoi un entrainement ensemble était primordial, afin de mettre en place des codes entre nous pour être les plus efficaces possible, et de s’habituer aux réactions de chacun. Notre organisation a bien fonctionné donc nous avons pu garder le schéma auquel nous avions pensé.

Entre toutes ces compétitions, Tenorio a également commencé la saison de reproduction et avait plusieurs juments à saillir, il fallait donc vraiment adapter l’entrainement pour ne pas le fatiguer. J’ai senti à plusieurs reprises qu’il avait des contractures dans le dos lors du pansage. Pour le décontracter après de grosses séances ou après les saillies, j’ai pris l’habitude de lui masser le dos avec la lotion Muscle Magic, composée notamment de teinture d’arnica. Des massages appréciés mais surtout une bonne efficacité de ce produit qui a fait disparaitre les douleurs constatées !

Il ne restait alors plus qu’à organiser notre séjour. Comme j’étais la plus proche de Munich géographiquement parlant, l’idée était que l’on se retrouve tous chez moi pour se regrouper et réduire le nombre de véhicules. Cependant, entre le fait d’avoir dans l’équipe une jument et 3 étalons, et avec les contraintes des uns et des autres pour les horaires de départ, nous n’avons eu d’autre solution que de partir chacun avec notre cheval…

Il en fallait plus pour nous arrêter, et nous sommes tous arrivés à Munich ! Après une visite vétérinaire où les 45 chevaux présentés ont été acceptés, la compétition a pu commencer, avec une épreuve chaque jour. C’était la première fois que le Championnat comptait autant de participants, environ 15 de plus que d’habitude, ce qui est bon signe pour la discipline.

Notre jeune équipe française a répondu à l’objectif fixé par notre sélectionneur puisque nous sommes revenus double médaillés de bronze du Championnat, mais aussi de l’épreuve du tri de bétail ! Pour ma part, j’ai obtenu une 14ème place en individuel et une 9ème place en tri. Au-delà des résultats sportifs, nous avons passé d’incroyables moments de partage avec tous ces passionnés d’équitation venus des 4 coins du monde…

Me

 

Merci Hilton Herbs d’avoir apporté le petit + de bien être à Tenorio pour cette grande échéance ! Un petit + qui fait la différence !

 

Pour mémoire, l'équipe de Frence d'équitation de travail se composait de :

  • Ludivine Barbieri
  • Hervé Maurel
  • Chloé Berthault
  • Christelle Quillacq